Le jeudi 18 mai dernier, l’agence digitale Biborg organisait un événement qui proposait d’expérimenter plusieurs installations inédites réalisées par son Lab. L’événement intitulé INFRA offrait aux visiteurs d’hacker leur réalité via des expériences immersives où la technologie s’effaçait pour laisser place à l’humain.

 

Lors de sa soirée INFRA, Biborg souhaitait donner une nouvelle perspective sur l’usage que l’on peut faire de la technologie et du lien qui existe entre réel et virtuel.

Expérimenter, toucher, bouger et briser la surface pour accéder à une nouvelle réalité.

INFRA proposait d’abolir la frontière entre le physique et le numérique. Les invités ont ainsi pu remettre en question la représentation du monde qui les entoure, des objets avec lesquels ils interagissent et même leur propre image.

 

INFRA s’articulait autour de 3 grands thèmes et dispositifs :

 

Perception ou le hack de l’environnement

Grâce à une application mobile de réalité augmentée, les utilisateurs sont invités à déambuler dans l’espace et à scanner leur environnement afin de découvrir des fenêtres sur une autre réalité. Ces imprévisibles interventions virtuelles s’animent et se transforment de manière autonome.

« La technologie peut transformer notre environnement et révéler un nouveau réel caché. Ce que l’on perçoit n’est plus forcément exactement ce qui existe réellement » explique Idriss

Dabré, Senior Interactive Designer chez Biborg.

 

 

Anti-selfie ou le hack du corps

Cette expérience de réalité augmentée inédite transforme l’utilisateur en formes et sons abstraits qui évoluent en temps réel en fonction de ses mouvements. Véritable prouesse technique car jouant sur le corps dans sa globalité, l’expérience permet d’anonymiser une personne dans un décor réel. Stereoplane le partenaire design sonore de Biborg a connecté aux capteurs infrarouges de l’installation un logiciel son qui transforme en temps réel chaque mouvement généré en un synthétiseur humain.

« On évolue dans un monde très narcissique où notre image est partout. Chaque nouvelle expérience digitale utilise ou détourne votre visage, à l’instar des nombreux filtres Snapchat et Instagram. Cela pose clairement la question du droit à l’image. A l’inverse, Anti-Selfie est une des premières expériences interactives qui vous permet dans une zone prédéfinie de rester anonyme puisque vous apparaissez en forme abstraite dans un décor qui reste réel. »

explique Samuel Leroux, Creative Technologist chez Biborg.

 

 

Materials ou le hack de la matière

Ce vidéo mapping interactif sur un mur de 6 mètres par 2 mètres permet de créer un lien conceptuel entre le monde tangible et intangible. Les utilisateurs peuvent déstructurer la matière en jetant sur ce mur des boules mises à leur disposition.

« Dans Materials, un objet tangible, une balle, vient interagir avec un mur digital donc intangible. La construction de cette installation a été développée en partenariat avec Dune, une société de production audiovisuelle. La technologie devient un objet réel avec lequel on peut interagir sans interface. Cela ouvre des possibilités incroyables en matière d’engagement et d’immersion » explique Emilien Chiche.

 

 

Grâce à la soirée INFRA du Lab Biborg, près de 300 personnes ont ainsi pu découvrir que la technologie peut passer en second plan. Que l’innovation dans les nouvelles technologies peut se mettre au service de l’interactivité et de l’expérience utilisateur.