Vous connaissiez les stories, vous allez adorer les Hyperstories ! Le 12 avril dernier au Hub Institute a eu lieu la présentation devant une centaine d’invités, représentants de la presse et des médias, de ce nouveau dispositif de récits urbains. Pourquoi urbains ? Avec Hyperstories, les frontières entre le physique et le digital deviennent de plus en plus poreuses. Elles sont mêmes carrément dépassées, car désormais, tous les récits sur la toile et dans l’espace public, cohabitent sur un même support. Et ces nouvelles mises en récits sont le fruit d’une belle rencontre entre le média d’information BRUT, l’agence Monolith partners, et Clear Channel. Les premières expérimentations ont lieu à Rennes, où les contenus et les récits audiovisuels issus des vidéos du média d’information défilent depuis quelques semaines sur les écrans numériques de Clear Channel, alternant avec l’univers des marques.

Comme on a été à la soirée pour vous, on vous propose de revivre en 1’19 » la boucle de cette magnifique présentation (conçue pour l’écran des totems digitaux en format vertical) , avant de laisser la parole à Emmanuel Pottier (DGA de Clear Channel), Guillaume Lacroix (Co-Fondateur de BRUT) et Laurent Foisset (CEO de Monolith Partners) pour qu’ils donnent leur vision du projet !

Lors de cette présentation, on a recueilli les propos des porteurs du projet :

Le cœur du projet, est de relayer ce que les gens vivent, voient et entendent dans la rue, explique Emmanuel Pottier. Les contenus du web ont en effet vocation à passer des supports mobiles que nous possédons tous, à des écrans numériques sur l’espace public, pour en faire bénéficier l’ensemble de la collectivité. Le partenariat d’exclusivité inclut BRUT pour la partie contenus, Monolith pour l’amplification d’audience et son expertise en Native advertising, et enfin Clear Channel, comme acteur majeur de la communication extérieure.

 

La clé réside dans l’usage que l’on fait de la presse, des réseaux et du web. Aujourd’hui, tout le monde a appris à produire du contenu, expose Guillaume Lacroix, et BRUT s’inscrit dans cette logique de partage avec ce partenariat : le format vertical des totems digitaux permet de prolonger l’expérience de diffusion des stories par un véritable réseau social de rue. L’enjeu ? Toucher les gens là où ils sont pour s’affranchir des canaux classiques !

La nouveauté du dispositif, qui permet aussi de diffuser des spots publicitaires, consiste pour Laurent Foisset à relier les marques et les individus quel que soit le point de contact (physique ou digital), et permet donc de penser les campagnes de manière globale et intégrée.