Les 7 et 8 mars derniers, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, on pouvait trouver une série de bannières plus qu’intrusives sur les sites mobiles de Libération, BFM, L’Express, GQ, Konbini et SoFoot.

 

« DONNE TON 06, UNE SURPRISE T’ATTEND »

Premier lever de sourcil. Naturellement tu appuies sur NON puis s’affiche

« FAIS PAS TON RELOU DONNE TON NUMÉRO ! ».

Rebelote, ça commence à devenir particulièrement désagréable. Moins patiemment, tu appuies de nouveau sur NON.

« TU DIS NON MAIS T’EN AS ENVIE », le tout en capitales noires sur fond rouge en plein écran sur ton mobile …

 

Cette publicité a été imaginée par l’agence Ogilvy Paris et commandée par les trois collectifs militants Stop Au Harcèlement De Rue, Les Effronté-es et Paye Ta Shneck.

Une initiative particulièrement innovante prise par ces collectifs pour faire «  vivre ce que 100 % des femmes ont déjà vécu dans les transports en commun  ».

Le système est simple et diablement efficace : une série de pop-up, ces fenêtres secondaires, majoritairement à portée publicitaire qui s’affichent, sans avoir été sollicitées par l’utilisateur. «  Nous pouvons confronter les hommes aux situations réelles que vivent les femmes au quotidien, pour faire entendre et respecter ce mot si important : « non»  », a détaillé Anaïs Bourdet, fondatrice de Paye Ta Shnek au site CBNews.

Si la campagne est ponctuelle, l’initiative a pour but de marquer durablement les esprits et d’impliquer une population plurielle et non plus uniquement féminine : « Nous souhaitons créer un véritable mouvement, car cette cause transcende les âges, les lieux et les individus. Nous appelons les médias, les associations et le grand public à faire de ce combat le leur » Fatima Benomar, porte-parole de l’association Les effronté-es. À voir si le big data a permis à l’agence Ogilvy Paris de cibler précisément la population masculine qui consultait ces sites.

Une belle initiative citoyenne donc qui aura, à coup sur, suscité quelques réactions chez la gente masculine et espérons-le, un peu plus d’engagement. À suivre donc, les retombées de cette campagne …

Source : http://lavdn.lavoixdunord.fr/330438/article/2018-03-07/noncestnon-la-campagne-de-pub-choc-contre-le-harcelement-de-rue

 

(Visited 6 time, 2 visit today)