La fin janvier dans les malls a (entre autres) été émaillée par des heurts inhabituels : des consommateurs se sont affrontés pour profiter de promotions sur des stocks limités de pâte à tartiner Nutella dans les magasins de grande distribution Intermarché. Un scandale capturé par des vidéos amateurs et viralisé dans les médias et sur les réseaux sociaux qui a tout de même poussé le gouvernement à solliciter une enquête pour vérifier si les règles interdisant la vente à perte ont été respectées.

Le 25 janvier dernier et sur différents supports que ce soit l’OOH, le web ou la radio, Intermarché proposait, via une campagne publicitaire, une ristourne sur la célèbre pâte à tartiner à la noisette – au prix de 1,41 euro au lieu de 4,50 euros pour un pot de 950 grammes. Une offre assez convaincante pour créer de réelles scènes d’empoignades dignes des tristement célèbres Black Friday de Wallmart aux Etats-Unis …

Un buzz qui a attiré l’attention du ministère de l’Economie : ce dernier a demandé l’ouverture d’une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Force est de constater, s’il fallait encore s’en convaincre, la puissance d’impact de la communication extérieure et de la publicité !

Sources : Le Monde / 20mn