Qu’est-ce qu’un « Digimobile » ?

Le mot renvoie à un usage technologique des mobilités contemporaines, mais qu’entend-on par là exactement ?

Kéolis a publié cet été une étude sur la mobilité internationale mise en oeuvre par Ipsos auprès de 6600 personnes, et impliquant 37 zones urbaines dans 15 pays et 4 continents. L’objectif en était d’observer l’impact du digital sur la mobilité, afin de pouvoir élaborer des politiques de mobilité sur mesure, et adaptées aux usages contemporains.

Quels enseignements en peut-on en tirer ?

De façon générale, 83 % des sondés déclarent que les technologies simplifient leurs déplacements. Mais voyons dans le détail :

Au niveau mondial; 89 % des sondés possèdent un smartphone (ils sont 87 % à Paris).

70 % de ceux qui possèdent un tel moyen de communication dans le monde utilisent au moins une fois par mois une application pour se déplacer.

Parmi les répondants, néanmoins seuls 32 % se déclarent « digimobiles » (28 % en France) tandis que 20 % se disent « offline », et ne recourent pas aux nouvelles technologies digitales pour planifier leurs déplacements urbains.

70 % des utilisateurs de VTC, vélos, trottinettes, monoroues et possibilités de covoiturage utilisent également les transports en commun.

Enfin, sur l’amélioration des services de transports, ils sont 45 % à souhaiter plus de fréquence de passage.

 

 

Source Mobilités Magazine