Oubliez le muséum d’histoire naturelle, ou de paléontologie, il y a beaucoup mieux pour palper de l’animal préhistorique désormais !

Dans les dinosaures, généralement, il y a trois écoles : Denver, Petit Pied, et Jurassic ! Devinez celle qu’on a choisie pour vous ?

Si vous répondez : la 3e, c’est bien vu, car il ne vous aura pas échappé que le 6 juin sort à l’écran Jurassic World : Fallen Kingdom. Pour le deuxième opus de la saga, réalisé par Juan Antonio Bayona, Universal Pictures n’a pas lésiné sur les moyens, et c’est une opération spéciale à donner le frisson à des esquimaux (non, pas les bâtonnets) qu’on peut contempler jusqu’au 11 juin aux 4 Temps de La Défense.

Après Los Angeles, Londres, et Oberhausen en Allemagne, c’est aux 4 Temps qu’on a découvert du jour au lendemain un T-Rex de 11 m de long et 4 m de haut, la gueule béante, figé dans son élan préhistorique, prêt à vous sauter à la gorge au pied des escalators.

Mais ce n’est pas tout, pour encore plus d’interaction, une borne photo est mise à disposition et les photos réalisées apparaissent sur l’écran immersif de 250m² du Digital Dream. Les photos de la « sharing box » sont partagées et relayées sur les réseaux sociaux, avec tous les récits qui les accompagnent : une opération qui mêle le physique et le digital, orchestrée par Universal Pictures en partenariat avec StudioM, KR Média et Clear Channel France, et qui représente une superbe hyperstory, combinant la puissance de l’affichage Out of Home (OOH) avec la viralité du marketing d’influence. En décembre dernier, une opération d’amplification pour la sortie du teaser avait été déployée en mobilisant un réseau d’influenceurs. Elle avait généré plus d’un million d’impressions sur Instagram, et suscité plus de 250 000 vues de vidéos, 16 000 commentaires et likes.

 

Alors, ce T-Rex, qu’en pense le public ?

Le making of du T-Rex à La Défense : 8 heures d’installation