Entretien avec Tashi Bharucha, directeur de la CRÉATION chez clear channel france

Le point de départ d’une campagne en noir & blanc, sans image, ou plutôt où l’image se réduit au texte, comme un geste de pur esthétisme typographique, c’est la volonté d’en revenir aux fondamentaux ! Et c’est le parti pris par Clear Channel France pour faire la promotion du média affichage avec « Bien Vu », déployée dans 50 métropoles françaises, sur des panneaux 2m² et 8m² dans les rues et les parkings, soit au total 5 000 mobiliers urbains. Dans un contexte où la communication extérieure ne jure parfois que par l’aspect promotionnel, il est bon de se souvenir parfois de quoi elle est capable. Et elle est aussi capable de produire du beau. La preuve !

Or, c’est connu, « la beauté est dans la rue ». L’idée était donc, nous explique Tashi Bharucha, de restituer à l’affichage, « dernier média de masse », ses lettres de noblesse, c’est à dire son identité simple et populaire, urbaine, sobre, et élégante, par une campagne intemporelle et brute : revenir au papier, quand on s’enivre de digital ; revenir au texte, quand on s’étourdit d’images ; revenir au noir & blanc, quand tout n’est que tecnicolor 2.0 ; bref, revenir au regard pur !

Car la vocation essentielle de l’affichage, c’est justement de capturer et captiver le regard en un instant, et c’est là le défi des créatifs.

On a donc une campagne qui est une adresse au public, au passant, et qui établit un dialogue avec eux. Depuis le titre, « Bien Vu », jusqu’au message, qui joue au chat et à la souris, par un clin d’œil complice où le support attire l’œil du spectateur tout en le mettant au défi de s’en détourner….trop tard ! Le passant est ainsi acteur du dialogue avec l’affiche.

Une campagne qui montre que dans nos itinéraires individuels, on est en fait connectés les uns aux autres, par le langage de la rue, et des imaginaires et références en commun !